iphone_805

On l'a lu dans la presse people, entendu sur toutes les ondes, ça a même fait la une du Nice matin: j'ai fêté mes 25 printemps hier, le lendemain des 25 ans de Tchernobyl (quel bon pense-bête, n'est-ce pas), et l'avant-veille du mariage du Prince William avec sa Kate et leurs arbres de 10 mètres dans l'église. 

Quel évènement me direz-vous, et pourtant c'est avec une belle sérénité que je suis entrée dans la catégorie des femmes Barbara Gould qui ont quelques ridules au coin des yeux et dont les rides du lion ne tarderont pas à venir hachurer le front. L'alternative botox attendra un peu, pour l'instant je me tartine la figure de toutes sortes de crèmes et autres mixtures plus ou moins glam', je me frotte les jambiers pour leur apporter douceur et élasticité (comprendre ici que je lutte contre ma cellulite, mais en vain), je me manucure pieds et mains, me recourbe le cil, et je mange mac do sainement. Bah oui, n'est pas femme Barbara Gould qui veut! 

Certains disent qu'il existe une crise de la 25aine. Je vous jure! Apparemment c'est un âge de transition, entre monde d'ados et monde d'adultes, où l'on se trouve parfois coincé entre l'envie de rester faire la fête encore un peu, et justement: grandir. Personnellement, l'envie de me déhancher totalement défaite est encore présente, à boire plus que de raison avec mes nouveaux amis que j'adore, à faire n'importe quoi, pieds nus dans les rues et une bouteille de rhum dans la main, l'esprit vague et insouciant, comme si la nuit nous appartenait. A côté de ça, je vois le compteur de nos années avancer sans nous prévenir, je vois les responsabilités, nous poussant à grandir malgré tout et refermant lentement derrière nous la porte d'une jeunesse qui s'éloigne. 

Je ne sais pas s'il existe vraiment une "crise" des vingtenaires, ni si j'en fais partie. Après tout je ne suis ni plus ni moins qu'une jeune adulte de sa génération, à moitié en crise, plutôt heureuse mais parfois triste sans raison, qui sait où elle voudrait aller mais sans trop savoir comment ni quand s'y rendre.