2427583813_236988e3ec

Je dois avoir de la chance, parce que mon premier entretien pour un poste de VRP fut une réussite, dans le sens où j'ai été retenue pour suivre une formation d'une semaine et pour ensuite débuter sur 3 mois d'essai (avec obligation de résultats) qui pourront éventuellement déboucher sur un CDI. 

De la chance, ou une bonne tête de pigeon, si l'on considère qu'il n'est pas exclu que l'on me jette lamentablement aux oubliettes après mon essai, bons résultats ou non.

Il y a aussi tout un tas d'avantages et d'inconvénients qui font de cette opportunité quelque chose de très attirant et d'intriguant tout en mettant en alerte mon instinct de survie: vais-je me faire entourloupée?

Parce que je n'aurais pas de salaire fixe mais juste des commissions, parce que les frais kilométriques seront à ma charge, ainsi que les éventuels frais téléphoniques, parce que je vais travailler seule et essuyer de nombreux refus pour très peu de ventes, parce que je vais devoir faire du porte à porte et aller chez les gens, parce que les gens sont fous et que je risque de tomber sur de beaux farfelus, parce que les 35h n'existent pas et que les journées sont chargées, parce que c'est un métier qui demande beaucoup de persévérance et que je n'y connais encore rien, parce que je n'ai aucune certitude d'obtenir un CDI au bout, parce qu'en acceptant je passe peut-être à côté d'autres opportunités...


Mais aussi parce que le job m'intéresse et que je m'y projette bien, parce que les commissions sont motivantes et que je suis vénale, parce que c'est le seul emploi qui m'est offert actuellement et que je peux commencer lundi prochain, parce que je ne risque rien à essayer, parce que le patron est sympa et qu'il m'a donné envie d'y croire,

Bah j'ai dit oui.

Advienne que pourra.

Amen.

(vous remarquerez que mon paragraphe d'inconvénients est carrément plus grand que celui des avantages (pourtant j'ai essayé de tricher)).