_ trouver une cuisinière d'occasion (vitrocéramique ou induction, tout ce que tu veux tant que c'est facile à nettoyer) (mais pas de plaques électriques s'il vous plait, je ne suis pas une Pierrafeu), un truc pas cher (200€ max, je suis au chomage bordel) et aussi beau qu'une cuisinière d'occas' peut l'être. NB: je négocie tous les prix, c'est comme ça dans le sud (c'est peut-être pour ça que je trouve rien).

_ appeler le rectorat pour leur dire que non, j'irais pas bosser pour eux. C'est trop loin, c'est mal payé, c'est précaire et en plus, c'est un monde de vieilles dames, je ne tiendrais pas sur la durée (même si j'aime le café et les RTT). Autant rester à la maison à réfléchir sur la vie (en pyjama devant Gossip Girl).

_ trouver un travail, ou m'inscrire en intérim, en attendant. L'idéal serait de trouver un CDI payé à minimum 1 400€ nets/mois mais bizarrement, personne n'est encore venu à ma porte pour me proposer ce genre de contrat. Étrange, pourtant je suis sur le canapé toute la journée, c'est impossible de me louper. Alors cette semaine, je reprends ma vie en main, je vais chez Manpower.

_ trouver le meilleur kébabeur de Nice. Avant à Dijon c'était facile, j'allais chez Mairig à côté de la gare, mais maintenant je suis perdue. C'est comme quand j'étais à San Francisco, j'ose pas de peur d'être déçue.

_et dormir, un peu.