mariage

Parce qu'il y a pleins de bons côtés dans le mariage, avec tout le côté love-love et les paillettes qui illuminent les cœurs des amoureux, parce que c'est beau l'amour avec un grand A et que se dire OUI pour la vie c'est tellement symbolique et une belle preuve d'amour, il fallait bien que je prenne le contre-pied pour vous dire pourquoi je pense que je ne me marierais PAS.

 

Bon bah déjà parce qu'il ne me le demandera pas.
(C'est sûr que ça limite déjà pas mal la manœuvre).

 

Ensuite pour plusieurs autres raisons.

 

*Le côté look at me:

Ce jour-là, c'est un peu ton anniversaire doublé de ta fête, tu es la reine dans ton royaume, et tous les autres gens ne sont là que pour te regarder et te crier combien tu es belle dans ta meringue bustier qui a couté les yeux de la tête (de ta mère). Les yeux sont braqués sur vous, vous êtes les stars du jour et limite vous pourriez passer dans Closer mais, dommage, vous ne vous appelez pas "Longoria-Parker". Pourtant dans vos têtes c'est tout comme, et le regard des gens sur vous ne fait que le confirmer: aujourd'hui pas de pitié, c'est all eyes on me, le remake.
Alors à vous la danse d'ouverture avec votre père puis c'est au tour de votre légitime époux de vous faire tournoyer devant les yeux ébahis des enfants de 5 ans qui vous considèrent alors comme de vrais princes. A vous aussi de découper le gâteau devant tout le monde en tenant le couteau à deux (super pratique en effet). A vous les applaudissements, à vous les cris, à vous les flashs d'appareils en mode rafale, à vous les grands sourires et les tapes dans le dos. A vous la gloire, en fait. Parce que tout ces gens qui mettent des billets dans l'urne sont bel et bien là POUR VOUS (et le buffet du traiteur bien cher), alors donnez-vous-en à cœur joie, aujourd'hui vous êtes un peu les rois du monde.

Le trip de la robe:

C'est la tradition, j'ai envie de dire que tu ne peux pas tellement y couper. Quelle soit crème, beige, blanche, blanc-cassé ou tu ce que tu veux, si ton bien-aimé décide de te passer la bague au doigt, tu finiras dans une longue robe blanche-ou-presque avec un voile et des gants, le tout parsemé de plus ou moins de paillettes. C'est ainsi. Et c'est beau, j'ai envie de dire. D'ailleurs c'est tellement beau que ça efface totalement le mari qui, même s'il arbore le plus reuch des costumes griffés, passera inaperçu et ne sera que la vulgaire ombre de vous, la belle blanche. Triste sort pour le pingouin. Mais bon, même si, en tant que fille, je serais sous les feux des projecteurs le jour J, je ne me sens pas à l'aise avec le truc de la robe. Trop de froufrous, trop de blanc, trop de tape à l'œil, trop cher aussi. Limite je pourrais la louer, au diable l'aspect émotionnel de la chose. Et puis trop traditionnel quoi. Vraiment je ne me vois pas là-dedans. Et comment je bougerais mon zouk sur Beyoncé avec une telle tenue? Franchement.

La famille:

Là encore, difficile de faire sans. Alors bon, se marier en catimini juste avec ses vieux, je trouve ça nul. Du coup, pas le choix, va falloir inviter pépé-mémé et tonton Pierre que tu ne côtoies plus depuis genre 10 ans, mais que tu vas quand même devoir inviter pour ne pas vexer tata Ghislaine qui, elle, les aime beaucoup. C'est embêtant. Parce que toi, t'avais pas vraiment envie de les revoir, ces gens devenus de véritables inconnus. En plus ils viennent de loin, va falloir les loger, et ton budget mariage ne va plus suivre si tu continues tes conneries. Alors soit, tu les inviteras, et tu leurs feras des grands sourires hypocrites jusqu'au lendemain, quand ils quitteront la ville en te laissant un bon gros chèque. Par contre, ton futur aussi, a des invités de dernière minute dont personne ne veut... Tant pis, y'a plus de place, ni de thune, tu lui expliques gentiment que c'est non et puis merde, ils sont même pas de ta famille, OSF.

Le plan de table:

Ou la grosse guerre en préparation. Qui mettre à côté de qui? Comment former les tables? Est-ce que Jérémy voudra bien reparler à Julie? Le gros dilemme quoi. Évidemment, tu vas placer les vieux croutons entre eux, comme ça ils parleront de Sardou pendant le repas et pourront même se prêter des médoc au milieu du repas à boire avec un graaaaand verre d'eau. (de vin). Ensuite, tu vas faire la table des parents et des beau-parents, mais manque de bol: ils n peuvent pas se piffer! Pas grave,  c'est lé jou dé mawiagé donc ils feront semblant de bien s'aimer. Au pire ils se bourreront la gueule et se rouleront des pelles vers 2h du matin. Après, c'est facile, il y a la table des amis. Là pas trop de soucis, ce sont des jeunes, ils ne se prennent pas trop la tête, tant que le pichet de punch est rempli, la fête continue. (D'ailleurs prévoit pas mal de ce breuvage car ils consomment, les salauds). Enfin, y'a les autres gens. Ceux qu'on ne sait pas où foutre, ceux qui ne se connaissent pas entre eux, ceux qu'on ne classe dans aucune catégorie mais qu'on a invité quand même, pour faire plaisir et faire genre y'a du monde à notre mariage. Alors ceux-là, on les case au fond à droite, tous ensemble, et ils ne se décrocheront pas un mot de la soirée, tu peux être tranquille. Par contre méfie-toi, parmi eux se trouvent de véritables chenapans qui se permettent de changer de place une fois le dos tourné.

Ah, il y aurait encore tellement d'autres choses à dire et surtout à redire sur le mariage, mais tu vois j'ai pas le temps là, je travaille. Genre.