original

Vous avez raison les filles, aujourd'hui on se fait belles!

Tiens, et si on parlait de femmes et d'hommes et de tout ce qui les sépare fait d'eux des êtres à part? 

Moi par exemple je me suis toujours entendu dire que j'aurais préféré être un mec, d'ailleurs y'a pas longtemps je vous ai parlé de mon ex-tendance au garçon-manquage, donc c'est bien la preuve que je ne vous mens pas. OUI, je pensais qu'être un mec ça m'aurait facilité la vie sur de nombreux points, que c'était plus fun et surtout plus simple, qu'on voyait la vie différemment avec un service trois pièces entre les cuisses quoi.

 

Et bien maintenant que j'ai grandi, que je suis devenue une femme adulte (sur le papier, oui), je peux vous dire que j'avais carrément raison étant jeune: être une fille c'est la véritable galère tellement les désagréments sont nombreux, parce que quand t'es une fille:

  • tu te sens mal si tu sors sans maquillage, ou mal coiffée, alors du coup tu mets 1h juste pour apprêter ton visage, et au final les mecs le remarquent même pas.
  • quand tu vas aux toilettes publiques t'es en stress phobique parce que tu ne sais pas où poser ton sac à mains (vu qu'il n'y a quasi jamais de crochet, une honte).
  • quand tu fais ton pipi tu dois te concentrer pour pas que les gens entendent le petit jet de pisse sur la porcelaine et quand tu fais ton caca... et bin en fait nan, tu ne fais jamais ton caca dans ce genre d'endroit malfamé, tu te retiens.
  • quand tu sors des toilettes tu te sens obligée de te laver les mains car face à tant de filles aux lavabos, la pression sociale est trop grande.

(C'est quand même assez atroce les toilettes quand même je trouve)

(Et je passe l'épisode des tampax parce que je sens que je perds mon lectorat masculin là).

  • Tu ne peux pas t'empêcher de te regarder sous toutes les coutures lorsque la balance affiche 1kg de plus, pour savoir si c'est ton cul qui a (encore) pris du volume et auquel cas, tu décides immédiatement d'entamer un régime débile à base de "j'mange que des pommes/des poires/de la viande/du pain/des pâtes pendant 2 semaines", que bien sûr tu ne tiendras pas plus de deux jours parce que ta motivation frise le zéro.

  • Condition sine qua non à la nature féminine: Tu te poses trop de questions. Sur tout. Sur n'importe quoi. Est-ce qu'il m'aime? Autant que moi? Plus? Moins? Est-ce qu'il me trouve belle? Plus belle que son ex? Plus drôle? Et aussi des questions primordiales: Je mets quelles chaussures avec ce skinny?  J'me coiffe comment? La frange ou pas? Noir ou marron foncé?
  • Quand t'emmènes ta voiture au garage pour changer un clignotant, tu ressors avec la vidange de faite, les 4 pneus neufs, la direction révisée, la courroie à refaire dans la semaine et une facture de malade juste parce que t'y connais rien et que tu viens de te faire prendre pour une pigeonne par des machos de garagistes qui, en plus, t'ont sauvagement maté le cul quand t'es partie.

  • Quand tu picoles en soirée, tu sens le jugement médisant des gens qui pensent à haute voix que tu fais pitié et que, normalement, une meuf ne devrait pas se tenir pas de la sorte. (Bon et si t'es comme moi, tu picoles quand même et le lendemain tu reconstitues ta soirée grâce aux bribes de souvenirs qu'il te reste et aux récits enjoués de tes acolytes d'infortune).

  • Il y a certains sujets où tu manques cruellement de crédibilité. Évites donc de trop t'avancer sur les voitures, la mécanique, le bricolage, le sport, les transferts de joueurs et le rap: personne ne prendra en compte ton avis (même si tu t'y connais, oublies). Va plutôt faire une quiche.

***

Bon il est bien entendu que les désagréments directement liés à la condition féminine sont de l'ordre de la multitude à tel point que je ne suis pas en mesure aujourd'hui d'en effectuer un recensement complet. Cependant les quelques exemples employés suffisent à eux seuls à démontrer qu'il n'est pas aisé, de nos jours, d'évoluer en tant que femme dans un monde comme le notre, et rien que pour ça, il est bien normal qu'une journée spéciale nous soit dédiée.

A bon entendeur, et bonne journée à vous Mesdames les torturées de la vie!