steph

crédit photo: The Storm.

Mon Dieu je suis morte de fatigue, mon cerveau n'est même pas au ralenti il est mort, en fait je ne suis qu'une enveloppe corporelle qui ne se meut que par la force de l'obligation des choses, autant dire tout simplement que le pilotage automatique de ma personne est lancé, en ce lundi plutôt enbué.

C'est là que j'aimerais être aussi organisée et consciencieuse que certaines d'entre vous qui préparent des articles à l'avance pour les jours où, tout naturellement, l'inspiration fait défaut. Quoi que pour ma part, ce n'est pas tant l'inspiration, mais plutôt la capacité de. Bah oui comment peut-on écrire correctement quand on ne parvient pas même à penser correctement? J'vous l'demande.

Au final on s'en fout de tout ça, parce qu'en principe quand les lundis sont difficiles c'est que le weekend était bon (enfin il y a des exceptions qui soit-disant confirment cette règle). Et c'est justement le cas, si c'est pas merveilleux! Mon vendredi soir fut calme, devant la ferme de Vendetta, et mon samedi soir fut ponctué d'un repas végétarien chez une copine suivi d'une soirée boîte avec l'équipe de basket. Ouais que des mecs et une seule fille, ahah. Bonne soirée donc, très bonne soirée, bien que j'ai flingué mes bottes en dain, filé mes collants et que je puais la clope en rentrant*, franchement on a bien rigolé.

Par contre, léger problème de fraîcheur le lendemain lorsqu'il a fallut se lever à 11h30 pour être "à l'heure" (c'est un bien grand mot) à la raclette entre frères et soeurs (et potes, accessoirement). Encore une fois on a bien rigolé, faut dire j'ai les lendemains de soirée assez hilares, sans parler de ma jovialité naturelle! (qui a dit débilité?)

Donc pour conclure cet article qui n'a ni queue ni tête mais que de toutes façons que tout le monde s'en tape, bah je ne sais pas ce que je dirais tiens. C'est con hein?

Allez j'vous laisse les cocos, j'ai du travail moi (genre). Enjoy your dayyyyyyyyyy!! DBZ!

* je ne fume pas, enfin en temps normal. Mais bizarrement quand je fais la fête (donc quand je suis dans un état proche de l'Ohio), je taxe des clopes aux gens, à base de "ehhh 'scuz moi euhhh, t'aurais pas une clope à m'dépanner steuplaiheuh?", et je crois que la pitié les fait accepter, souvent.