Il fallait que j'y aille alors j'y suis allée, et j'ai nagé, tant bien que mal, de 12h30 à 13h32 (les deux minutes ont leur importance). D'ailleurs je dois avouer que je suis plutôt fière de moi, de m'être trainée jusqu'à la piscine alors que j'aurais largement pu rester chez moi à... à rien foutre en fait. Ouais j'aurais pu, mais la raison l'a emporté sur la passion (de rien foutre si vous me suivez), alors j'y suis allée malgré tout.

12h25, je paye la dime qui s'élève tout de même à 2.95 euros, je me mets en tenue de combat, je pisse un bol (c'est glam' hein) et me voilà prête. D'ailleurs quel bordel de faire pipi avec son maillot de bain une pièce sur le cul! Surtout en équilibre pour ne pas avoir à s'assoir sur les bords pour le moins humides et cradingues de la cuvette. Enfin une raison d'envier les mecs.

Bref, suite à cet épisode toiletteux, j'entre dans la salle chlorée dont émanent bien des bruits, sacs à la main, et là, constatant la populasse grouillante en présence, gros soupir: il y a des gens dans la piscine. Je vous jure, apparemment, la mairie de Dijon avait oublié de me la réserver pour l'heure, c'est quand même ahurissant. J'allais devoir partager l'eau. Et moi j'aime pas partager tu vois.

Je me vois donc dans l'obligation de m'incruster dans une ligne d'eau que je ne choisis pas: de toutes façons, c'est bondé de partout, à mesure de 15 nageurs par ligne. Je me rends donc vite à l'évidence: il va m'être difficile d'utiliser mes palmes au milieu de tous ces gens, je risque de distribuer des coups. Ok, tant pis, je commence à m'échauffer juste avec mes lunettes et mes petits muscles endollorits par le footing de l'avant-veille.

Et c'est là que tu regrettes d'être venue.

A peine un orteil immergé dans le bouillion de culture microbien que tu sens déjà que t'es de trop. Les autres nageurs te regardent avec leurs yeux rendus globuleux par leurs lunettes, te faisant bien comprendre que tu es de trop, qu'il y a déjà bien assez de monde dans l'eau, et que par conséquent tu ferais bien de choisir une autre ligne. Une autre ligne? Mais laquelle?

  • Les lignes 1 et 2, qui n'en font qu'une, sont un espace réservé aux débutants, ça nage en brasse tête hors de l'eau, en crawl de plage, en dos zigzaguant, et surtout ça va très doucement et ça papote ça papote. Donc non merci.
  • La ligne 3, apparemment réservée à la brasse, coulée ou non, est elle-aussi surchargée. Moi je dois faire du crawl, donc non.
  • La ligne 5, exclusivement réservée à un cours particulier de natation, et accessoirement, réservée aux vieux de la vieille. Pas (encore) pour moi donc.
  • Et la ligne 4, celle que j'intègre malgré les regards mal-accueillants.

Je commence donc mes longueurs tranquillement sur le plan physique et en portant toute mon attention non-pas sur mes mouvements peu conventionnels mais surtout sur les gens qui me précèdent et me suivent. En effet, il faut faire gaffe à tous ceux qui t'entourent, au risque de te faire rentrer dedans par un gros musclé ou juste une grosse conne. Pis entre ceux qui n'avancent pas, ceux qui tracent, et les gens comme moi qui nagent moyennement bien, bin il y a comme qui dirait des problèmes de navigation et de dépassement. Un peu la galère quoi.

Mais à force de persévérance, je me suis retrouvée SEULE dans ma ligne d'eau, avec palmes, masque et tuba à tenter de faire moins d' 1 min 35 aux 100m. D'ailleurs c'était bien difficile, et j'ai pu confirmer ce que je pensais déjà:

Ca va être compliqué d'y parvenir en moins de 13 minutes.