Je crois que quelque chose cloche chez moi, peut-être un trouble du comportement, de la personnalité même, peut-être un trouble obsessionnel compulsif, peut-être aussi un grain dans le cerveau. Je ne sais pas, mais toujours est-il que tout cela, ou tout autre chose non-encore identifiée, me pousse hebdomadairement à airer dans les rayons garnis de mes magasins préférés et d'en ressortir un peu plus chargée et appauvrie chaque fois.

Bien entendu, ce comportement n'a rien d'un toc ni de toutes sortes de troubles, il est inné pour la gent féminine dont je fais fièrement partie. A vrai dire, ce qui m'interpelle et m'agace au plus haut point, c'est un drôle de phénomène qui revient infatigablement lorsque je cherche une tenue dans mon armoire pourtant blindée et débordante de guenilles en tout genre: rien ne me plait plus vraiment. C'est ainsi, une fois achetés, les vêtements (cela n'arrive pas avec les chaussures bizarrement) perdent de leur attrait, ils me plaisent, mais ne sont plus si attrayants. Je n'ai plus ce petit frisson à leur vue, plus ce petit crush pour eux, ils se fondent dans la masse informe et mal pliée dans l'ombre de mon armoire. Je ne sais pas me l'expliquer. Dans ces moments-là, seule devant le placard, je me dis "Il faut que j'aille en racheter, y'a rien qui me plait" alors que pourtant je peux y trouver des habits datant de moins d'une semaine souvent.

Du fait, j'ai quand même une garde-robe des plus garnies, c'est l'avantage. Par contre, je ne jette pas, je garde tout, même ce que je ne suis plus susceptible de reporter, c'est pas grave, on ne sait jamais si la mode changeait d'inspiration, je serais ready a dégauiner mes vieileries old school.

IMG_4267
Juste les hauts.
(ça tue le mythe ou pas?)